La Presse (Montréal) : Une sensation de froid


Une sensation de froid
La poésie de Michel Houellebecq

par Stéphane Despatie

J ’ai découvert Michel Houellebecq sur le tard, grâce à la parution chez Flammarion du spectaculaire roman Les Particules élémentaires. C’était en 1998, l’année où Houellebecq ne gagna pas le Goncourt. Effectivement, malgré l’appui virulent de François Nourrissier, membre du jury, le Prix Goncourt du roman alla plutôt, cette année-là, à Paule Constant avec Confidence pour confidence publié chez Gallimard. Dans l’extase des particules, bousculé par cette force d’écriture et enivré par la fraîcheur du style, je me suis précipité alors sur sa poésie en lisant Rester vivant (Flammarion, 1997 ; Librio, 1999). J’espérais y trouver là un poète percutant, secouant les vers aussi puissamment que le romancier m’avait jeté au sol. Sur le coup, j’ai déchanté. Trop habitué à lire une poésie qui rechigne à la rime et qui affiche sa modernité d’une manière évidente, le classicisme du poète Houellebecq m’a beaucoup déçu, je l’avoue, à la première lecture. Sous les bons conseils d’un ami poète, j’ai repris le livre pour y lire finalement une manière inventive et moderne d’allier une espèce d’hyperréalisme contrôlé à une forme apparemment conventionnelle, également « controlée ».

Ton regard, bien-aimée, me portait dans l’espace
Tes yeux étaient si tendres et je n’avais plus peur
Au milieu des courants et des cristaux de glace,
Le doux flot de la joie faisait battre mon cœur.
Au milieu du danger mon âme était sereine
L’homme déchirait l’homme, plein de hargne et de haine,
Nous vivions un moment redoutable et cruel
Et le monde attendait une parole nouvelle.

2000 arrive avec deux nouveaux produits de Michel Houellebecq : la réédition de La Poursuite du bonheur en Librio (à $3.75) ainsi qu’un disque compact chez Tricatel; Présence humaine. Ce dernier regroupe des poèmes extraits des livres Le Sens du combat, Rester vivant et Renaissance, tous disponibles chez Flammarion. Sur ce disque, Houellebecq est accompagné d’une musique plutôt électronique ou électroacoustique, jouée par ses amis musiciens Nicolas Courret, Damien Lefevre, Peter von Poehl, Romain Humeau, Richard Pinhas et Bertrand Burgalat. Burgalat compose cette musique très accessible qui passe aussi bien en boîte qu’au salon. Le mariage avec Houellebecq qui «dit» ses textes est tout à fait réussit. Aucun n’étant au service de l’autre, nous entendons les mots aussi clairement que la musique. Ce disque enchantera les amateurs de lectures de poésie, Houellebecq étant juste, ne surjouant aucunement. Il pourra ravir également les uns, désireux d’amener la poésie aux oreilles d’amateurs de musique techno. Pour en avoir un avant-goût, Michel Houellebecq sera en spectacle avec ses musiciens sur les scènes de la ville de Québec les 12 et 13 juillet prochains. Maurice G. Dantec, un autre romancier tâtant la scène, sera aussi de la partie.

En attendant procurez-vous La Poursuite du bonheur, un recueil de poésie dense nous permettant d’accéder à l’univers de Houellebecq à peu de frais. Vous goûterez à sa rigueur, à son insolence et à ses observations bien ancrées dans la réalité d’aujourd’hui. Michel Houellebecq est un incontournable de demain, aussi bien le connaître maintenant.

Cet article paru dans La Presse du 9 juillet 2000 nous a aimablement été communiqué par son auteur. Qu'il en soit remercié.

 

Fermer la fenêtre